Epée chinoise

En Chine, comme en occident, l'épée droite à double tranchants était le symbole de ceux qui avaient atteint un certain rang dans la hiérarchie militaire...Chevaliers ou officiers et n'était donc portée que par la noblesse, contrairement au sabre qui demeurait l'arme du simple guerrier. En 221 av. J.C. l'Empereur Jaune Huang-Di (Chin-Shih-Wang-Ti), connu comme le "Premier Empereur" se vantait de posséder la plus belle collection de lame venue de toute la Chine : plus de trois mille épées toutes plus belles les unes que les autres.

Depuis la Dynastie Ming (1369-1644) on distingue deux sortes principales d'épées, l'épée civile (Wen-jian) et l'épée militaire (Wu-jian). La première est plus courte et sa pointe est légèrement arrondie. La seconde, plus longue et plus large, possède une pointe taillée en biseau. L'épée civile est parfois incrustée de pastilles de cuivre qui ont pour but de faire circuler le Qi. Au nombre de sept, elles représentent la constellation de la Grande Ourse. Ces incrustation sont souvent réunis par une ligne gravée dans le métal. Dans ce cas l'épée porte le nom d'épée "Aux Sept Étoiles" (Qi-xing-jian); Les épée dites de guerre sont beaucoup plus lourdes et en acier forgé. Pendant la Dynastie Qing (1644-1911) de très nombreuses petites épées de cour (Xiao-gong-jian) ont été fabriquées et servaient de récompenses aux dignitaires. Elles étaient également offertes aux voyageurs étrangers. Les grandes épées par contre sont beaucoup plus rares.

Dans la correspondance classique avec les Cinq Mouvements de l'énergie, l'épée est mise en rapport avec l'élément Feu et, de ce fait, son maniement est considéré comme très subtil. Dans les applications martiales de combat, il ne s'agit pas de trancher comme avec le sabre mais de couper en effleurant par touches rapides. Le pratiquant ne coupe donc que les principales artères se situant près des articulations. La manipulation de l'épée chinoise semble donc très aériennes à l'épéiste occidental habitué à frapper de taille et d'estoc...Les attaques étant, dans le style chinois, très coulées et ne semblant pas formellement définies. Un réel expert à l'épée peut, en quelques mouvements, vider de son sang l'adversaire trop confiant. Il paraît que ce dernier ne sentait même pas les blessures qui étaient la cause de son affaiblissement. Cela explique que nombreuses sont les épées dont le tranchant est presque inexistant sur toute la longueur de la lame. Seuls les angles de cette pointe tranchent comme des rasoirs. Enfin, il est facile de comprendre que plus la lame est droite, plus les mouvements de celle-ci doivent être circulaires. De ce fait les lames à courbures comme le sabre chinois et le katana japonais peuvent s'utiliser de manière très directe et très linéaire... Ceci influence beaucoup l'organisation des Tao d'épée classique.

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×