Bokken

Le bokken ( 木剣, littéralement sabre(剣) de bois(木)) ou Bokutō ( 木刀, nom généralement utilisé au Japon) est un sabre japonais en bois reprenant la taille et la forme du katana. Il peut être utilisé avec la garde (tsuba) qui protège les mains, ou sans la garde.

Il sert principalement à l'entraînement dans le cadre des arts martiaux (aïkido, kenjutsu, iaido, kendo, jōdō) comme remplacement à meilleur marché et moins dangereux du sabre. Historiquement, le bokken a également été utilisé dans des situations de combat. Le samouraï Miyamoto Musashi est réputé avoir longtemps utilisé le bokken comme arme de combat, en particulier lors de son duel contre Kojirō Sasaki.

Comme les katana, les bokken ont suivi leur époque, et chaque école traditionnelle historique — Tenshin Shoden Katori Shintō Ryu, Kashima Shinto Ryu, Yagyu Ryu, Yagyu Shinkage Ryu, Hyoho Niten Ichi Ryu, etc — possède des caractéristiques physiques, poids, courbure, longueur, pointe, épaisseur, adaptée à la technique de cette école.

 

Comment bien choisir le bois de son bokken ?

Les différents type de bois :

  • Ichigashi (akagashi), c’est un terme utilisé parfois pour parler du chêne rouge (akagashi), ils sont bon marché.
  • Hon Akagashi («vrai» chêne rouge), il existe deux types de chêne rouge : akagashi (ichigashi) et hon akagashi. Le hon akagashi est plus beau, plus lourd et surtout plus solide. Le chêne rouge est un peu plus léger que le blanc.
  • Shirakashi (chêne blanc) : s’appelle aussi « Shirogashi » ou « Shirokashi », ces trois appellations ne sont en fait qu’une question de prononciation et se réfèrent toutes au chêne blanc japonais. La très grande majorité des bokken fabriqués sont en chêne blanc ou en chêne rouge. Le chêne blanc est un peu plus lourd que le chêne rouge et est considéré comme plus solide. C’est l’essence de bois de base idéale.
  • Isu no ki (distylium racemosum) : signi e littéralement « Bois de chaise » et tient son nom au fait qu’il est depuis très longtemps utilisé dans la fabrication de chaises de grande qualité. Ce bois est aussi traditionnellement utilisé dans la fabrication de talismans car la légende lui accorde le pouvoir de lier les choses et les gens (musubi). Il s’agit d’un bois légèrement moins dur que le chêne blanc résistant bien aux chocs, plus beau, d’une couleur brune, plus doux et donc plus agréable au toucher.
  • Le Kiri ou « Paulownia » : est un bois qui pousse dans le nord du Japon, mais originaire de Chine et de Corée. Cet arbre produit un bois qui absorbe très peu l’humidité, ne conduit pas la chaleur et ne brûle qu’à haute température. De par ses qualités, son bois fut longtemps utilisé pour fabriquer des meubles et des coffres. Il est aussi réputé pour être le bois le plus léger du Japon. C’est la raison pour laquelle il est utilisé pour fabriquer des bokken ultra-légers pour les pratiquants souffrant de douleurs aux épaules, ou encore pour les kata de prière.
  • Buna (Hêtre crénelé du Japon), c’est un bois qui pousse dans tout le Japon, d’Hokkaido à Kyushu ; qui est très populaire dans l’art du Bonsaï pour la beauté de son écorce et de ses feuilles. D’un aspect très clair avec des teintes jaunâtres, il est très agréable au toucher et bien qu’un peu moins solide que le chêne il reste très léger. C’est notamment pour cette principale caractéristique associée à son aspect original que ce bois est utilisé dans la fabrication de bokken particulièrement plus adaptés aux enfants.
  • Tetsuboku (bois de fer), aussi appelé « Murasaki Kokutan » (ébène pourpre) est doté d’une odeur particulièrement
    agréable, et d’une couleur ambrée très caractéristique, ce bois est légèrement rugueux au toucher. On peut dire qu’il se situe entre le sunuke et l’ébène asiatique. Sa densité en fait un bois lourd, parfaitement adapté pour les suburi et les pratiquants appréciant la pratique avec un bokken lourd. Il est cependant nécessaire de le conserver en évitant l’humidité et les changements de température qui pourraient avoir un effet néfaste sur la qualité du bois.
  • Sunuke cet arbre n’existe pas en tant que tel, il s’agit d’une appellation utilisée par les artisans du Kyushu pour parler d’un arbre « Isu no ki » ayant plus de 300 ans d’age. En e et, « su-nuke » signi e littéralement « sans cTmur », car arrivé à un certain âge le cTmur du tronc se creuse, le bois restant aux alentours se densi e et prend une couleur marron foncé. Le sunuke est un bois relativement dur qui ne supporte pas très bien les chocs, son odeur spéci que est particulièrement agréable, son apparence en fait un bois magni que et son poids le rend particulièrement adapté à la fabrication de bokken lourds. C’est par ailleurs un choix idéal pour la fabrication de supports (katanakake) haut de gamme. Le sunuke est une essence de bois travaillé exclusivement dans la région de Kyushu.
  • Tsubaki (Camélia), le bois de camélia est extrêmement proche du biwa. En réalité, comme nous le verrons par la suite, le biwa est soumis à des quotas de coupe drastiques et Bokken en sunuke il est devenu extrêmement rare et cher. Le tsubaki remplace parfaitement le biwa car il donne des armes d’une couleur quasi identique à celui-ci pour des propriétés qui sont très proches en terme de poids et de résistance et ce pour un prix beaucoup moins élevé. (Le tsubaki est parfois vendu sous l’appellation « Biwa », y compris au Japon. Le biwa étant nommé maintenant « Hon Biwa » = vrai biwa).
  • Biwa (Neflier du Japon), le biwa est un arbre relativement mince où sur une même portion on ne peut faire qu’un, deux voire trois bokken lorsqu’on à de la chance. A cela il faut ajouter la forte diminution de biwa ces 30 dernières années ainsi que la mise en place de quotas draconiens. De fait, il faut compter environ. 900~1000€ pour un bokken en biwa. Le « vrai » biwa se trouve sous l’appelation « Hon Biwa », puisque l’on trouve maintenant du tsubaki (camelia) vendu sous le nom de « Biwa ». Le biwa est doux et solide, c’est un bois très beau et résistant aux impacts. Les bokken en biwa sont ce que l’on peut trouver de mieux pour la pratique.
  • Kokutan (ébène), il faut distinguer l’ébène asiatique relativement bon marché de l’ébène d’Afrique, beaucoup plus cher. L’ébène asiatique présente des veines de couleur claire donnant un e et artistique très appréciable, alors que l’ébène d’Afrique est uniformément noire. Dans les deux cas, l’ébène est un bois dur et cassant et les armes en ébène ne sont pas recommandées pour le contact. En revanche, leur poids important et leur beauté en font des armes parfaitement adaptées aux suburi ainsi qu’à la décoration.

Pour la pratique avec contact on conseillera à l’achat, des bokken en bois tendre et plutôt bon marché (chêne rouge, chêne blanc, isu no ki, tsubaki…). Et des bois plutôt durs et lourds, avec du caractère, (sunuke, kokutan, tetsuboku…) pour les suburi, les cadeaux ou la décoration. Le hon biwa étant plutôt destiné aux pratiquants très avancés, il fait un cadeau de groupe idéal pour un enseignant obtenant un grade élevé.

 

Sources : Wikipédia, Aïkido Flash Adultes (n° 118, 2ème trimestre 2011) 

2 votes. Moyenne 4.50 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×