Tri-Baton

Le tri-bâton est une arme souple très similaire au Nunchaku, mais il possède trois branches au lieu de deux. Il s'agit également d'un fléau destiné à battre le blé.

Il existe plusieurs versions de cette arme:

- La version chinoise, nommée "San Jie Gun" en Chinois et "San Setsu Kon" en Japonais, qui est constituée de trois grandes branches de forme cylindrique. Chaque branche mesure environ 70 centimètres.

- La version Japonaise, qui s'écrit de la même façon que le San Setsu Kon mais qui est nommée "Sanchaku" ou "Sanbon nunchaku". Elle est constituée de trois branches plus petites, chacune de la taille des branches d'un Nunchaku.

- Une version dont on ne connaît pas l'origine, qui a sa branche centrale de grande taille (70 centimètres) et ses deux autres branches de taille plus petite (35 centimètres). Cette version est extrêmement rare.

 

Cette arme est encore plus complexe à manier que le Nunchaku: un humain n'ayant que deux main, il y aura forcément une branche "libre" quand on tiens l'arme. Et le fait que la version chinoise soit plus longue rajoute encore de la difficulté au maniement.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, le maniement du tri-bâton n'est pas du tout similaire à celui du Nunchaku. En effet: la partie centrale du Nunchaku est une partie souple, sa corde, alors que celle du tri-bâton est une branche.
Les mouvements de ces deux armes sont donc très différents.

En tenant le tri-bâton avec les deux mains sur la branche centrale, on peut exécuter des mouvements qui ressemblent beaucoup à ceux du bâton, et en le tenant sur une des branches aux extrémités, on peut réaliser des techniques qui s'apparentent énormément à celles de la chaîne de combat ou du fouet. Enfin, en tenant l'arme avec chaque main sur une branche différente, on peut exécuter des mouvements plus spécifiques et surtout plus complexes.

Du fait de sa taille, cette arme à une portée bien plus grande qu'un Nunchaku, cela lui confère un très gros avantage à distance, mais lui donne également un désavantage lorsque l'adversaire est trop près du pratiquant. Contrairement au Nunchaku, il est vraiment très difficile de l'utiliser en intérieur.

La version Japonaise, le Sanchaku, est une arme du Kobudo, mais les pratiquants sont très rares. La version chinoise, le San Jie Gun, quant à lui, est une arme très répandue dans le Kung Fu, du moins dans le passé, car les pratiquants de cette arme se font de plus en plus rare.

Son maniement très complexe, sa grande portée d'attaque et sa souplesse en font une arme redoutable et très imprévisible.

6 votes. Moyenne 3.67 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×