Boxe anglaise

La Boxe anglaise également noble art est un sport de combat dans lequel deux adversaires, de poids similaires, se rencontrent sur un ring, munis de gants rembourrés afin de limiter le risque de coupure, et s'échangent des coups de poings, portés au visage et au buste. Le combat est divisé en intervalle de temps, les rounds, séparés par une minute de repos annoncé par une cloche ou le pugiliste pourra être conseillé ou soigné si besoin.

Que ce soit en boxe olympique ou professionnelle, les combattants, ou boxeurs, tentent d'éviter les coups de poings de leur adversaire tout en essayant de les toucher. Des points sont attribués à chaque coup considéré comme net, puissant et précis. A la fin du combat, le boxeur ayant le plus de points est déclaré vainqueur.
La victoire peut également être atteinte si un combattant met son adversaire hors de combat (par knockout1 ou KO), c’est-à-dire dans l'incapacité de se relever et de reprendre le combat après le compte de 10 secondes de l'arbitre. Un combattant est également déclaré vainqueur si son adversaire blessé ne peut continuer le combat (KO technique ou TKO).

La boxe anglaise est aussi appelée le « noble art ». Elle est la descendante directe du pugilat2 qui était beaucoup moins technique que celle d'aujourd'hui et ou les combattants avaient des gants avec des clous que l'on appelait ceste.

 

1 Le knock-out (KO, de l'anglais to knock out, faire sortir en frappant) est le terme signifiant, dans les sports de combat, la mise hors de combat d'un combattant suite à un coup porté par son adversaire et lui faisant perdre temporairement ses capacités (la personne est dite « sonnée »).

2 Le pugilat (du grec ancien πὐξ / púx ou πυγμαχία / pugmakhía) est un sport de combat au corps à corps, ancêtre de la boxe anglaise, avec son usage exclusif des poings.


 

 

Sommaire :


L'avènement des règles

Le KO

Les blessures par rapport aux zones


 

 

 

L'avènement des règles

Les règles du Marquis de Queensberry, rédigées en 1865, ont mis l'accent sur l'agilité plutôt que sur la force. Ces nouvelles règles interdisaient le combat à mains nues, le corps à corps, l'étouffement, les coups lorsque l'adversaire est impuissant et le combat au finish. Les rencontres sont divisées en plusieurs rounds de trois minutes par exemple en amateur les rounds sont de 3 et en professionnel les rounds peuvent aller jusqu'à 15, espacés d'un temps de repos d'une minute. Un participant perd le match s'il reste au sol plus de dix secondes, allongé ou en appui sur un genou ou si il est considéré impossible de revenir au match. Ces règles stipulent également que les matchs doivent avoir lieu dans un ring de 6,00 m maximum et 4,90 m au minimum de côté . Le dernier champion poids lourd à mains nues fut l'américain John L. Sullivan, en 1889.
C'est en 1899 que Louis Lerda, de retour des États-Unis, tente d'implanter la boxe anglaise en France. Le premier combat a lieu à la salle Wagram à Paris et, le 15 février 1903, la Fédération Française des Sociétés de Boxe est créée par quatre jeunes pratiquants (Albert Bourdariat, Frantz Reichel, Van Rosose et Paul Rousseau élu président). Sous l'impulsion de Victor Breyer et de Théo Vienne des matches ont lieu à la grande roue et au cirque d'hiver.
La boxe anglaise comprend différentes sections que sont la boxe amateur, professionnelle et éducative et féminine. La boxe anglaise est le seul type de boxe reconnu par le comité international olympique. Si l'on rencontre des compétitions d'amateurs et de professionnels, seuls les amateurs sont autorisés à combattre aux Jeux olympiques.

Les combats sont tenus par deux hommes (ou femmes) qui s'affrontent sur un ring avec puissance. Ils ont l'obligation de porter des gants, une chaussure sans pointe ni talon, une culotte à mi-cuisse, une coquille protectrice, un protège-dents. Les boxeurs amateurs doivent obligatoirement porter un casque protecteur et un maillot léger sans manche.
La boxe anglaise professionnelle n'est pas fédérée par un organe unique mais par de nombreuses fédérations, ce qui n'est pas le cas de la boxe dite amateur. Les professionnels hommes doivent être torse nu alors que les amateurs doivent porter un débardeur et un casque.

La Fédération internationale de boxe amateur reconnue par le CIO est l'Association Internationale de Boxe Amateur (AIBA) - Maison du Sport International - Avenue de Rhodanie 54 - 1007 Lausanne – Suisse AIBA . La boxe professionnelle est répartie principalement entre quatre fédérations concurrentes: la WBA, l'IBF, la WBC, la WBO. L'équipement des boxeurs diffère entre la boxe amateur et la boxe professionnelle: le port d'un casque et d'un débardeur sont ainsi l'apanage de la boxe amateur. Il existe aussi différentes sortes d'affrontement tel que le duo et l'assaut.

Liste des règles éditées par le marquis de queensburry :

Les règles de boxe varient si c'est une rencontre amateur ou professionnel. On considère qu'il y a non respect des règles et une faute peut aboutir à une déduction de point ou une disqualification si l'on fait une erreur : Vous ne pouvez pas frapper au-dessous de la ceinture, de se tenir ,pas de coup de pied, aucun coup de tête, aucun geste de lutte quelconque, mordre, cracher, ou pousser votre adversaire. Vous ne pouvez pas frapper avec votre tête, l'épaule, l'avant-bras, ou le coude. Vous ne pouvez pas frapper avec la paume ou l'intérieur du gant, le poignet, ou le côté de la main. interdit de donner un coup de poing à votre adversaire derrière le dos ou l'arrière de sa tête ou sur les reins . interdit de jeter un coup de poing en s'accrochant aux cordes pour gagner de la puissance grâce à l'aide de lacorde. Vous ne pouvez pas tenir votre adversaire et le frapper en même temps, interdit de descendre la tête en dessous de la ligne de la ceinture de votre adversaire. Quand l'arbitre vous donne un ordre vous devez reculer et ne pas en profiter pour donner des coups si cela s'adresse à l'adversaire on se doit de reculer et retourner dans son coin en attendant la reprise, une fois le gong sonné il est interdit de continuer l'affrontement on doit retourner à son coin afin d'être conseillé ou soigné si besoin est.


 

Le KO

 

Il peut être fait de différentes façons et en existe plusieurs sortes . Après avoir fait une chute au sol, le boxeur se doit de se relever avant que l'arbitre ait compté jusqu'à 10. Si le pugiliste demeure au sol ou se redresse trop tard et ne se remet pas spontanément en garde, il est considéré KO. Dans la plupart des cas, dans cette situation, les boxeurs sont passablement amochés et ébranlés. Le KO étant consideré et est une commotion cérébrale.

Explication de commotion cérébrale :

C'est un coup donné trop violemment qui va faire reculer la tête violemment qui va faire que le cerveau va cogner contre la boite crânienne ce qui va faire perdre l'équilibre.

Le KO technique (TKO) :

Lorsque la règle des trois knockdowns est en vigueur ou lorsqu'un boxeur est arrêté de boxer par l'arbitre, le médecin ou ses hommes de coins, car il ne semble plus être en mesure de se défendre efficacement et que ses attaques sont vaines ou qu'une blessure soit jugée trop sérieuse, le boxeur est alors déclaré battu par « KO technique ».

Il peut être donné en frappant à différents points sensibles de la tête. Tout d'abord les tempes, ou l'os de l'enveloppe crânienne est à cet endroit le moins épais. L'oreille aussi est très sensible, en particulier l'oreille interne, centre de l'équilibre. Il n'est pas rare de voir un boxeur, touché sur l'oreille traverser le ring sans pouvoir retrouver son équilibre et s'affaisser en toute conscience. Sur le visage, le nez et les arcades, même s'ils ne sont pas vraiment des points sensibles pour le boxeur, peuvent devenir l'objet de blessures souvent difficiles à réduire pendant un combat. Nombre de décisions ont été obtenues par un abandon ou un arrêt de l'arbitre consécutif à une hémorragie nasale ou des arcades, voire même des pommettes. La pointe du menton constitue un point également névralgique. Un coup qui arrive juste, par exemple un uppercut, peut provoquer une perte de conscience immédiate. Le crâne relevé ainsi d'un seul coup, projette le cerveau contre sa boîte crânienne. Ceci peut occasionner une encéphalite traumatique. Enfin, des contrôles médicaux sont effectués périodiquement et avant chaque combat afin non seulement de vérifier l'aptitude des pratiquants mais aussi de déceler le plus tôt possible d'éventuels troubles que la pratique de ce sport aurait provoqués.

Explication d'encéphalite traumatique : Ces manifestations consistent au début en une maladresse progressive avec incoordination des mouvements, des tremblements, parfois une certaine rigidité, une difficulté de la parole; puis peu à peu un déficit intellectuel pouvant aller jusqu'à détérioration mentale complète. L'évolution est plus ou moins rapide mais reste progressive. Cela est du à des coups au niveau du visage qui ont provoqué des lésions cérébrales plus ou moins diffuses et de plus en plus nombreuses

Certains centres sensibles, zones sensorielles ou motrices, sont alors traumatisées et en cours circuit momentané (KO). Tout ce qui est valable pour le menton l'est aussi pour la mâchoire.

Les points sensibles au corps :

On entend souvent parler de coups au plexus solaire et encore, moins qu'avant, signe qu'aujourd'hui on croit moins à son efficacité. Ce coup frappé au milieu de la poitrine bloque momentanément le diaphragme. La victime, souffle coupé, s'asphyxie et s'effondre comme électrocutée. Si le cœur, bien protégé, n'est pas aussi sensible qu'on le dit, il faut toutefois en boxe prendre garde de ne point recevoir des coups trop violents. Enfin le foie, cet organe sensible bien protégé en général par le boxeur en garde normale, peut jouer de vilains tours. Cette usine d'analyse gorgée de sang travaille au moment ou un coup l'atteint. Aussitôt, le foie rejette dans l'organisme cette masse sanguine chassée d'un seul coup qui coupe les jambes au boxeur touché.

Explication de plexus solaire : Le plexus solaire est un plexus nerveux situé au niveau de l'abdomen entre le sternum et le nombril.

Explication de foie : Le foie est un organe impair et asymétrique, logé chez l'homme dans l'hypocondre droit. Il peut être beaucoup plus risqué d'être touché à cet endroit chez un fausse garde c'est à dire la garde que peut employé un gaucher main droite devant.


Les blessures par rapport aux zones

La figure : Les chocs peuvent provoquer des fractures ( nez, arcades ), coquards, les plaies, des lésions au niveau des yeux.

Le buste : ceci peut causer des blessures au niveau du plexus solaire et fractures au niveau des côtes.

Entorse : Au niveau d'une articulation, les ligaments et les tissus avoisinants sont soudain étirés ou déchirés.

Luxation. : Déplacement anormal, sous un choc violent, d'un ou plusieurs os au niveau de l'articulation. Le mouvement est impossible. Il faut bander et évacuer le blessé vers l'hôpital.

Crampe : Il s'agit d'une contraction soudaine, involontaire et douloureuse d'un muscle. Elle peut se produire en cas de mauvaise coordination musculaire ou si le corps perd beaucoup de sels minéraux et d'eau au cours d'une grosse transpiration. On soigne la crampe en étendant le muscle tout en massant la zone contractée. Pour la crampe du mollet, il est conseillé de plier les orteils vers le haut.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×